“Mise en abyme” reviewed in the French online magazine/newsletter La Lettre de la Photographie (Tuesday, January 2011)

Poolscape #74 (2010), from the series “Mise en abyme”

http://www.lalettredelaphotographie.com/entries/karine-laval-mise-en-abyme

French version written by Jonas Cuenin:

Karine Laval : surface et profondeur

 

Avec sa nouvelle exposition Mise en Abyme, Karine Laval revisite l’élément architectural qui la passionne et l’intrigue : la piscine. Cette fois ci, elle en approche un peu plus le bord pour dépeindre un monde qui interroge entre réel et imaginaire.

 

C’est une histoire d’eau. Qu’elle soit salée, douce ou chlorée, Karine Laval s’y sent à l’aise. Observer l’océan, c’est poser son regard sur une forme de l’élément qui ne reste que peu maîtrisée par l’homme. En le déviant vers la piscine, matérialisation du désir humain de domination, la photographe française explore le mariage forcé du naturel avec l’artificiel et s’intéresse à nos comportements face à cette union.

Et ce, dès The Pool, son premier travail débuté en 2002 à Barcelone et inspiré par la série de toiles des Swimming Pool de David Hockney. L’approche est alors plus humaniste. Dans ces espaces publics, les corps émergent, sautent, jouent et semblent utiliser l’eau comme source de bien-être. Tout s’exprime en surface. Sept années plus tard, Karine Laval reprend son Rolleiflex et part immortaliser les piscines privées de Los Angeles, Porto Rico,New York ou de la République Dominicaine. Mise en Abyme est plus noire, ambigüe et contrastée. Pour autant, la série est physiquement plus proche de l’élément aquatique. On y découvre des clichés accentuant les couleurs froides et chaudes, la transparence, les reflets d’arbres ou d’objets et les ombres humaines. Presque mystique. Surtout, l’homme, quand il est présent, ne paraît plus hégémonique. « Il y a une nouvelle profondeur dans mon travail, illustre-t-elle. Grâce aux couleurs, c’est l’extase, mais la personne est en chute libre, quasi en situation de noyade. Je voulais que le spectateur se perde un peu dans un paysage aux tracés flous. Cela reflète la maturité que j’ai acquise. »

Derrière les images se cache une indéniable réflexion allégorique. Karine Laval s’interroge sur la relation entre corps et environnement. Lorsqu’à travers les cadrages, le regard est emmené vers l’abstraction, la sensualité et l’éveil des sens, c’est pour sensibiliser sur la perception du monde et la place des gens face à l’eau, élément de la vie et du renouvellement. Karine Laval dit d’ailleurs que la piscine est un prétexte pour parler de transformation. Mais il y a une forme d’abandon chez l’artiste. Preuve en est, sa photographie, assurément contemporaine, est également vouée au surréalisme. « Je vois plus la piscine comme une métaphore, un miroir dont la surface reflète le monde environnant mais est aussi une porte vers un autre univers, onirique celui ci. Une sorte de mise en abyme. »

Avant de se laisser guider par la surface et les profondeurs des bassins, Karine Laval a découvert sa passion pour l’eau grâce à ses nombreux voyages, de la piscine municipale d’Annecy jusqu’aux plages des Caraïbes. La photographie viendra plus tard, lorsque le 11 septembre 2001, elle saisit son Canon et ses rollers et part documenter l’évènement qui se révèlera être son déclic. Depuis, elle vit à New York et ne peut s’en détacher. Moins pour l’énergie et les opportunités, comme certains. Karine Laval aime la mégapole pour sa proximité avec l’océan et simplement parce « qu’on s’échappe facilement. »

Advertisements

About karinelaval

Karine Laval has been is a French artist living and working in New York. She works primarily with photography and video and shares her time between New York and Europe, alternating magazine and client assignments with an artistic practice, wherein she combines portraiture with images of geographical locations and visual narratives. Her work has appeared in The New York Times Magazine, New York, The New Yorker, Elle, Eyemazing, among others. Her work is exhibited worldwide in galleries and festivals. Laval was selected by Photo District News’ (PDN) 30 Emerging Photographers in 2005. Bonni Benrubi gallery in New York City currently represents her.
This entry was posted in Exhibitions, Reviews. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s